Cake sans gluten, chèvre, noix et cranberry

Si comme moi, vous avez quelques exclusions dans votre alimentation (sans gluten pour raison de santé, sans viande par choix), les buffets froids peuvent vous sembler un peu moins festifs…

Même si les crudités s’invitent de plus en plus sur les tablées (#TeamChouxFleurCru), et si je suis chanceuse d’avoir une famille qui y fait attention, pour l’anniversaire de ma petite maman, j’ai décidé de donner un coup de main et de prendre les devants. Je ne voulais imposer à personne de cuisiner avec mes contraintes culinaires (tout le monde n’a pas 9 farines différentes dans ses placards) et par la même occasion, faire découvrir que la cuisine sans gluten et végétarienne peut être très bonne !

Alors pour les amateurs du sucré salé et de l’association chèvre noix, voici un cake que j’ai inventé (peut-être existait-il, mais je n’ai suivi aucune recette si ce n’est une indication pour les proportions) :

  • 60 g de Maïzena
  • 40 g de farine de maïs
  • 50 g de farine de sarrasin
  • 2 œufs
  • 2 bonnes poignées de cranberry
  • 2 bonnes poignées de noix
  • La moitié d’une bûche de chèvre bio* coupée en dés

J’ai fait cuire 20 minutes, avec mon four à 200 °C. Je vous recommande de surveiller, j’ai un petit four électrique et je le connais, donc sur un four traditionnel, ça peut varier. Mais globalement, il suffit d’appliquer le temps de cuisson et la température pour une cake classique au fromage !

Je n’avais qu’un petit moule format cake, donc j’ai fini ma pâte dans un moule à cannelés… et je crois que j’ai finalement préféré le format « petites bouchées ».

En tout cas les gens ont goûté et ont aimé, et moi, j’ai pu manger sans me poser de question. Je pense que je renouvellerai l’expérience en changeant les associations de fromages et noix.

Bon ap’ !

*depuis que je sais grâce à une vidéo publiée cet été que le chèvre « classique » est souvent blindé d’hormones (car les chèvres n’ont pas du lait toute l’année, contrairement aux vaches), je fais attention à ce que j’achète et donc le plus souvent, je pars sur du bio. Après, chacun ses convictions évidemment ! Pour les intéressés, voici des sources variées sur le sujet que j’ai trouvées intéressantes :

http://lereveillozere.reussir.fr/actualites/le-desaisonnement-en-chevre-bio:VO7Q6V9B.html
http://lalaiteriedeparis.blogspot.com/2015/09/quand-les-aop-permettent-lutilisation.html

Le dilemme des éleveurs de chèvres


http://www.lafranceagricole.fr/article/synchroniser-les-chaleurs-des-brebis-et-des-chevres-sans-hormone-1,0,72837593.html

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *