Cidre, dragon et compagnie haute en couleur

Le weekend dernier, deux semaines après la première rentrée scolaire de ma princesse-viking-corsaire, avait un goût d’été. Soleil (et coups de soleil), plage (et sable dans les chaussures) et cidre (croquant aux grains de sable) étaient au rendez-vous. Alors je présente ça comme ça, mais en vrai, du sable dans mes chaussures et dans mes verres de cidre, j’en veux bien tous les weekends si tout le reste suit !

Après un périple en voiture (Lille – Caen par les petites routes), on est arrivé frais et avec sourire jusqu’aux oreilles dans le magnifique appart d’un de mes meilleurs amis de fac. Leur nid douillet était aménagé dans un ancien couvent, autant vous dire que ça en jète et que ça annonçait super bien la suite haute en couleur.

Réveillés de bon matin, on papote, on se retrouve, on s’affuble de nos costumes de pirates, vikings, costume et robe d’autres époques. En route pour Merville, ou plutôt, Merravilla. Les voitures garées de partout contrastent avec la population, costumée pour la majorité, de la famille d’elfes aux guerriers vikings, en passant par chevaliers, faunes ou encore steampunks. Le marché médiéval s’annonce immense et commence bien avec les retrouvailles parmi les premiers stands avec notre compère du Soleil de Brocéliande. On prend des forces avec un lambas, gastelets aux amandes, pastelet aux poires et j’en passe, et nous voilà en route, tout en se notant de ne pas oublier de prendre nos traditionnelles fouace et brioche avant de repartir le soir.

Et là, on s’en met plein les yeux, et plein les pattes. Alors qu’on parcourt la rue principale bondée de manants ou êtres fantastiques, on s’émerveille des artisans du cuir, du bois, du verre, du métal et de leur créativité. J’ai tout particulièrement apprécié y croiser des stands plus inhabituels, comme des produits de beauté faits-maison à base de plante, des sirops et pâtes à tartiner issues de la permaculture, des plantes à suspendre ou un immense choix en gourmandises diverses à boire ou à manger (du chèvre aux orties ! de la tomme à l’hypocras ! du vin romain aux fleurs ou amandes !), autant de stands que je n’avais jamais vus lors de nos précédents marchés médiévaux fantastiques.

Et au bout de cet immense marché, la plage. Là-bas, on découvre un mini camp viking, une « arène » pour du combat médiéval (le Béhourd, illustré plus bas par une photo de Thom), un chapiteau apparemment sur le thème d’Harry Potter (malheureusement, pas eu le temps de la faire), des initiations au Muggle Quidditch, et un peu avant la plage, la buvette (avec un stand végétarien s’il vous plaît ! Testé et approuvé) et un autre chapiteau avec auteurs et illustrateurs.

Alors pour le camp Viking, sa taille ne valait évidemment pas celui fait l’été dernier à Jumièges, dont le camp était immense et de la reconstitution pure, mais avait le mérite d’être là, avec de vraies démonstrations sur place. Pour l’espace auteurs et illustrateurs, c’était impossible de rivaliser avec notre bien-aimé Troll & Légendes, mais j’y ai fait de très belles rencontres, notamment avec une jeune historienne, Caroline Duban, qui a mis ses compétences universitaire au service de l’ésotérisme et croyance populaire : passionnant ! J’ai d’ailleurs hâte de lire et vous faire découvrir sa BD/encyclopédie illustrée sur les sorcières.

La plage en elle-même avait une ambiance particulière et magique : des corsaires trinquaient avec des fées, des vikings lançaient des hâches à côté de chevaliers qui croisaient le fer, le tout sous les yeux ébahis de princes et princesses, sorcières et sorciers.

Le dimanche, on s’aventure hors de l’allée principale, on découvre un « monde parallèle », qui nous mène vers le campement Médiéval-Fantasy, au milieu duquel se trouve notamment une petite ferme, qui n’est pas sans déplaire à nos petits trolls et lutins. Le campement offre un espace plus ouvert, plus aéré, et fait un bien fou après un bain de foule.

Sincèrement, à Cidre & Dragon, je pense que tout le monde peut y trouver son bonheur, si tant est qu’il est armé de quelques écus et d’un brin de patience pour braver tantôt les tentations diverses et variées, tantôt la foule enthousiaste.

Alors oui, malgré les animations géniales, les divers espaces thématiques (je n’ai notamment pas parlé de la rue des jeux car je n’ai fait que la traverser), le marché médiéval reste de loin dominant, et c’est apparemment ce que l’on reproche le plus à l’évènement. Mais pour ma part, ma plus seule déception, c’est de ne pas avoir eu une journée de plus pour profiter des animations et spectacles ! (Et je n’évoque même pas les concerts du samedi soir, qui devaient être très bien mais auxquels je n’ai pas assisté).

En conclusion : un évènement qui regroupe tout ça à la fois, au bord de la mer ? Je dis oui, mille fois oui ! Et surtout, vivement l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *