Le Souffle, le Choix et l’Invisible : June, trilogie poétique et rafraîchissante

Alors que je venais faire dédicacer l’Héritage des Rois Passeurs pour mon papa, c’est avec surprise que je tombe sur une jeune femme blonde, souriante, pétillante, nulle autre que l’auteure : Manon Fargetton. D’un an mon aînée, je découvre une romancière bretonne qui je ne le savais pas encore, allait me faire voyager !

trilogie-june

Après quelques échanges aussi sympathiques qu’enrichissants, je lui demande de me présenter sa trilogie du nom de June, dont le personnage éponyme lui ressemble à s’y méprendre. Elle m’avoue que l’illustratrice, Elvire de Cock, s’est effectivement inspirée d’elle, mais ça ne fait que m’intriguer davantage.

June, au début de la trilogie, est une orpheline de 16 ans. Elle vit dans une maison close avec son petit frère, Locki, à La Ville. Alors qu’elle doit fuir la ville, son frère et elle trouvent refuge dans un arbre, un arbre « sanctuaire », qui sera leur passerelle vers un monde jusqu’alors invisible. Elle apprend qu’elle est l’héritière du Souffle des Sylphes, un des peuples du monde invisible. Que l’équilibre entre chaos et harmonie a été rompu, et que sans lui, c’est tout l’univers qui court à sa perte.

Dans cette quête initiatique, sur une trame écolo, mêlant dystopie et fantastique, on ouvrira les yeux sur notre propre univers, la difficulté de faire des choix, de savoir ce que l’on veut et de savoir renoncer, même à ce(ux) qu’on aime.

Avec une plume aussi douce qu’un Mielderose, une écriture aussi poétique qu’un Riredefée, Manon m’a tenu sa promesse : me transporter à travers le temps et l’espace. Une lecture qui m’a rappelée une chanson oubliée qui grésille à la radio, un jour de vacances en Bretagne, avec le goût des galettes au sarrasin et l’odeur adorée du Seldemer.

Je lève les yeux vers le mât. Les flux d’air sont là, comme toujours, qui chahutent dans les voiles et s’emmêlent joyeusement. Je remarque un nouveau venu au gout iodé et l’appelle.

— Tu seras Seldemer, lui dis-je à voix basse.

extrait du tome 1, Le Souffle

One thought on “Le Souffle, le Choix et l’Invisible : June, trilogie poétique et rafraîchissante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *